ÉTUDIANTS ÉTRANGERS :
Démarches administratives

Visa, couverture santé, bourse, comptes en banque…, le point sur les principales démarches à effectuer pour votre séjour en France, avec les sites de référence pour aller plus loin.

Obtenir un visa long séjour

La procédure d’obtention d’un visa étudiant peut prendre plusieurs semaines. Nous vous conseillons d’engager les démarches dès votre acceptation à la formation IRIS Sup’.

 

Qui est concerné par une demande de visa étudiant ?

Selon votre pays d’origine, les règles du séjour étudiant en France varient.

  1. Union européenne. Les étudiants dont les pays sont membres de l’UE et de l’Espace économique européen, de même que ceux de Suisse, Monaco, Andorre, n’ont pas besoin de visa et de titre de séjour pour venir étudier en France. Ils suivent les mêmes procédures administratives que les étudiants français pour s’inscrire à l’école.
  2. Pays concernés par la procédure « études en France ». Tunisie, Cameroun, Chine… les étudiants d’une quarantaine de pays doivent faire leur demande via une plateforme en ligne jusqu’à l’obtention du visa étudiant (appelé VLS.TS). Liste des pays et informations à jour sur le site CampusFrance.
  3. Autres pays. Pour les ressortissants des autres pays, hors ceux mentionnés ci-dessus, adressez-vous à l’ambassade ou au consulat de France de votre pays d’origine pour demander à bénéficier d’un visa (appelé VLS.TS).

Quel visa demander ?

Pour faire des études à IRIS Sup’, un visa étudiant long séjour valant titre de séjour « VLS-TS » est requis. Il est délivré pour une durée maximum de 1 an, renouvelable. Pour pouvoir en faire la demande, les documents à fournir en ligne sont :

  • Un passeport valable au minimum toute la durée du séjour.
  • Une pré-inscription obtenue auprès d’IRIS Sup’.
  • Le dernier diplôme obtenu
  • Une certification de langue française (si possible)
  • Des conditions de ressources : les étudiants non boursiers du gouvernement français, des gouvernements étrangers, d’organismes internationaux, et non bénéficiaires de programmes communautaires, doivent justifier de moyens d’existence suffisants (soit au moins 615 € par mois).

Lors de votre demande de visa, vous devez indiquer avec précision les raisons pour lesquelles vous souhaitez vous rendre en France. IRIS Sup’ sera en mesure d’envoyer une preuve d’inscription à l’étudiant dix jours après la signature de son contrat d’inscription.

 

Quels droits ? En plus de l‘autorisation de séjourner en France afin de suivre des études, le visa VLS-TS permet de circuler librement dans l’espace Schengen, de travailler au maximum 20 h par semaine pour compléter ses ressources, de recevoir une allocation de la CAF (caisse d’allocations familiales) d’aide au paiement d’un loyer ou encore de prolonger son séjour.

Dès l’arrivée en France, validez votre visa

Il est impératif de valider son visa au plus tard dans les 3 mois suivant l’arrivée en France.

Vous êtes munis d’un visa d’entrée unique sur le territoire français. Tant que vous n’avez pas votre timbre fiscal vous ne devez pas quitter le territoire français. Vous ne pourrez circuler librement dans l’espace Schengen qu’après validation effective de votre titre de séjour.

Depuis février 2019, cette validation est à faire en ligne. Il vous faudra notamment communiquer votre adresse de résidence en France et payer une taxe de séjour de 60 € (en 2019).

Prolonger votre visa après 1 an

2 mois avant l’expiration de votre visa, vous devez engager les démarches afin de le renouveler. Il s’agit d’une demande de « carte de séjour pluriannuelle ». Elle aura une durée de validité correspondant au nombre d’années restant dans le cycle d’études dans lequel vous êtes inscrit. Cette nouvelle carte est également payante.

Tout se fait en France en adressant une demande à la préfecture ou la sous-préfecture de votre domicile. Si vous habitez Paris, vous devrez prendre RDV à la préfecture de Paris.

  • Pour ce prolongement, pensez à vous munir d’un extrait d’acte de naissance avec filiation.

Rester en France à la fin de la formation

Plusieurs dispositifs permettent de prolonger son séjour en France une fois le diplôme obtenu. Là encore, la situation va varier selon le pays d’origine et le projet.

  1. Étudiants européens. Les étudiants originaires de l’UE ou de l’EEE ou de Suisse peuvent rester en France pour chercher un emploi, autant de temps qu’ils le souhaitent.
  2. Étudiants non européens. À l’issue de la validité de votre visa étudiant et après l’obtention de votre titre de 2e année d’IRIS Sup’ ou dans les 4 ans après l’obtention de votre certification, il est possible de prolonger votre séjour.

Pour 1 an : carte de séjour temporaire recherche d’emploi/création d’entreprise. Cette carte peut être obtenue dans 2 cas :

– une recherche d’emploi ou un emploi à condition d’avoir un salaire équivalent à 1,5 fois le salaire minimum (SMIC – 2 281 € brut en 2019) ;

– un projet de création d’entreprise dans un domaine correspondant à votre formation.

Attention, certaines durées de séjour dépendent d’accords bilatéraux passés entre la France et différents pays (Bénin, Burkina Faso, Cap Vert, Congo, Gabon, Liban, Maurice, Tunisie).

Pour une plus longue durée. À l’issue de cette carte non renouvelable, si vous avez une promesse d’embauche, si vous trouvez un emploi ou si vous créez une entreprise, plusieurs titres de séjour peuvent être demandés à condition de justifier d’un certain niveau de salaire.

 

Pour de courts séjours : un visa de circulation. Vous pouvez aussi faire une demande d’un visa de circulation. Ce visa autorise un nombre d’entrées illimitées dans les 26 États membres de l’espace Schengen. Il permet des séjours de moins de 90 jours cumulés au sein de l’espace Schengen par période de 6 mois. La durée de validité du visa de circulation varie entre 1 et 5 ans mais ne peut pas dépasser la date d’expiration du passeport.

C’est une mesure de facilitation accordée aux titulaires d’un diplôme français de l’enseignement supérieur au moins équivalent au Master (les titres de niveau 7 au RNCP sont pris en compte dans cette catégorie).

Les services des visas français apprécient le besoin ou l’intention de l’intéressé(e) de se rendre fréquemment en France, en fonction de son statut et de l’ancienneté du diplôme. Le visa est ensuite accordé au cas par cas.

Obtenir une bourse

Il existe différents types de bourses d’études qui peuvent permettre de couvrir une partie de vos frais.

Les bourses du gouvernement français : renseignez-vous auprès du service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade ou du consulat général de France dans votre pays d’origine.

Les bourses du gouvernement de votre pays : renseignez-vous auprès des autorités chargées de l’éducation dans votre pays.

Sur le site de Campus France, il est possible de faire une recherche multicritères sur la quasi-totalité des programmes de bourses pour étudiants et jeunes chercheurs étrangers. Il est recommandé aux candidats de poser leurs candidatures pour l’obtention d’une bourse environ 1 an avant leurs inscriptions dans un établissement français.

Vous pouvez présenter un dossier de candidature à la bourse EIFFEL à laquelle nous sommes éligibles.

Votre sécurité sociale

En France, il est obligatoire que tous les étudiants soient couverts par une assurance santé, notamment pour effectuer un stage. Nous conseillons aux étudiants n’ayant pas encore de couverture santé en France de s’inscrire sans frais auprès de la CPAM (caisse primaire d’assurance maladie) de leur domicile français.

Les documents demandés :

  • Une copie de votre passeport / pièce d’identité ;
  • Un justificatif de domicile : une quittance de loyer, une attestation d’hébergement, un contrat de bail (contrat de location / habitation) en France ;

Si vous n’êtes pas européen, votre titre de séjour (le VLS-TS) et / ou votre visa (document attestant d’une demande en cours) ;

  • Une copie de votre acte de naissance vous sera demandée lors de vos démarches. Pensez à vous en procurer un avant votre départ pour la France ;
  • Prévoir une traduction assermentée en français de votre acte de naissance s’il est rédigé dans une autre langue ;
  • Un relevé d’identité bancaire français (RIB) après ouverture du compte pour la sécurité sociale ;
  • Votre certificat de scolarité de l’année universitaire en cours.

De même, il est obligatoire de souscrire à une assurance de responsabilité civile dans un cadre scolaire (et non la seule assurance RC privée dans le cadre de l’assurance habitation) qui couvre les étudiants pendant leur période de stage. La RC scolaire est obligatoire dans le cadre d’un stage, d’un service civique, et du volontariat VIE, VIA. Ainsi, nous leur conseillons de souscrire à la RC scolaire de la mutuelle étudiante : Heyme Care.

Votre contribution vie étudiante et campus

Quelle que soit leur nationalité, les étudiants en formation initiale, et ce qu’ils soient français ou étrangers, admis à IRIS Sup’, comme dans d’autres établissements supérieurs français, doivent chaque année, avant toute inscription, régler en ligne la CVEC (contribution vie étudiante et campus) d’un montant de 91 € en 2019-2020 et communiquer leur attestation CVEC à IRIS Sup’. Les étudiants boursiers, dispensés de payer cette contribution, doivent néanmoins télécharger une attestation d’exonération.

Gérer son argent en France

Ouvrir un compte en banque

Il est fortement conseillé d’ouvrir un compte bancaire dès votre arrivée si vous souhaitez percevoir les aides au logement, les remboursements maladie et obtenir une carte bancaire ou un chéquier. Demandez à votre banque habituelle si elle est associée à un réseau français, cela peut faciliter vos opérations.

 

Pour ouvrir un compte bancaire en France, vous devrez fournir les documents suivants :

  • Une copie de votre passeport / pièce d’identité ;
  • Un justificatif de domicile : une quittance de loyer, un certificat / attestation d’hébergement, un contrat de bail (contrat de location / habitation) en France ou une facture d’électricité ;
  • Si vous n’êtes pas européen, votre titre de séjour (le VLS-TS) et / ou votre visa (document attestant d’une demande en cours),
  • Votre certificat de scolarité de l’année universitaire en cours ;
  • Une copie de votre acte de naissance (et une copie de sa traduction assermentée en langue française s’il est rédigé dans une autre langue).

 

Posséder un compte bancaire est un droit qui est reconnu par la loi française. En cas de difficulté à ouvrir un compte bancaire, il existe une procédure dite de « droit au compte ». La Banque de France désignera d’office une banque qui sera obligée de vous ouvrir un compte. Les détails de cette procédure, les documents à fournir et les associations proposant de l’aide sont sur le site de la Banque de France.

 

Le paiement par carte bancaire est accepté par la plupart des commerçants mais il peut être refusé pour les petits montants. De nombreux distributeurs de billets sont disponibles en ville. Certaines banques vous prélèveront une petite taxe si vous utilisez un autre guichet automatique que les leurs.

Essayez de trouver une banque assez proche de votre domicile pour ne pas avoir à faire inutilement de longs trajets. Enfin, sachez que si vous êtes un étudiant de moins de 25 ans, nombreuses sont les banques qui vous proposeront des formules avantageuses.

 

Une fois vos démarches effectuées vous recevrez un RIB (relevé d’identité bancaire) que l’on vous demandera pour votre demande d’aide au logement par exemple.

 

Faire des transferts d’argent

Pour ne pas passer par des banques, il est possible de faire des transferts d’argent par l’entreprise Western Union.

 

Selon les pays, les frais d’envoi seront différents. Aussi, il est possible qu’un relais Western Union refuse l’envoi en une fois des frais de scolarité. Dans ce cas, l’étudiant peut répartir en plusieurs jours (les plafonds sont débloqués après 24h). Si l’étudiant n’a pas d’autres choix que de payer ses frais de scolarité par Western Union, il devra se rendre à l’agence avec le RIB d’IRIS Sup’.

Dernière mise à jour 22/10/2020