Contributions écrites des étudiants — 10 janvier 2017

« La mondialisation de la F1 est-elle à l’origine de sa crise de popularité ? »

Par Jérémie GAUTHIER, étudiant à IRIS Sup’

Image rare au soir du Grand Prix de Formule 1 d’Abou Dhabi, le dimanche 27 novembre 2016 : quatre monoplaces issues de trois constructeurs différents, franchissent la ligne d’arrivée quasiment en même temps. 1,7 seconde séparent le vainqueur Lewis Hamilton (Mercedes AMG Petronas) du quatrième, Max Verstappen (Red Bull TAG Heuer)1. L’ensemble du « paddock » a pu assister au triomphe de l’équipe Mercedes AMG Petronas pour la troisième année consécutive, alors que son pilote, Nico Rosberg, devient champion du monde en battant son coéquipier Lewis Hamilton. Trois années durant, Mercedes a démontré sa supériorité motoriste, mécanique et organisationnelle au point de remporter 19 des 21 manches du calendrier de 2016. Trois années durant, deux pilotes de la même écurie se sont disputés le championnat, loin devant les autres concurrents. Trois années durant, la réglementation technique a contribué à appauvrir le spectacle en piste en introduisant notamment un nouveau type de motorisation très coûteux, excluant de fait certaines équipes. De telles dominations techniques et sportives ont déjà existé dans ce sport, et avec elles, une relative perte d’intérêt du public. C’est pourquoi, pour 2017, des changements drastiques ont été apportés au règlement technique : celui-ci prône un retour au spectacle par des monoplaces plus rapides, plus difficiles à piloter et au style plus agressif. L’objectif est que la discipline reine du sport automobile retrouve son caractère spectaculaire qu’elle n’a eu de cesse d’aseptiser depuis une décennie. Pour autant, même si la conjoncture technique n’est actuellement pas favorable au spectacle, le problème semble davantage structurel.

> Lire la suite

Dernière mise à jour 15/11/2021

Plus d’actualité du même type

Toute l'actualité
  • Contributions écrites des étudiants — 22 mars 2022

    Thomas Poncik, lauréat du prix Jeune chercheur 2021 !

    Lire la suite
  • Contributions écrites des étudiants — 2 mars 2022

    Lim Seong Kyun, lauréat du prix DEMETER 2022 individuel !

    Lire la suite
  • Contributions écrites des étudiants — 24 janvier 2022

    Santé mentale et malnutrition infantile : renforcer les synergies entre les acteurs

    Lire la suite
  • Contributions écrites des étudiants — 17 novembre 2021

    Investissements étrangers et stabilité politique : la Côte d’Ivoire un cas d’école ?

    Lire la suite