Contributions écrites des étudiants — 23 novembre 2016

La politique arabe de François Hollande

Par David Roux, titulaire d’un master en Géopolitique de Sciences Po’ Toulouse, étudiant à IRIS Sup’ en Défense, sécurité et gestion de crises

François Hollande connaissait mal le monde arabe à son arrivée à l’Élysée et assumait un tropisme affiché envers Israël [1]. L’ironie du sort fit coïncider son élection avec l’avènement de plusieurs bouleversements majeurs : les printemps arabes, la guerre en Syrie et l’essor fulgurant de Daech.

En 2012, le candidat Hollande avait promis un désengagement des troupes françaises d’Afghanistan et semblait s’inscrire sur une ligne de rupture par rapport à l’interventionnisme armé de son prédécesseur. Cette ligne de campagne faisait écho à l’image désirée et entretenue d’un socialisme pacifique et non-interventionniste. La réalité fut tout autre.

> Lire la suite

Dernière mise à jour 12/03/2020

Plus d’actualité du même type

Toute l'actualité
  • Contributions écrites des étudiants — 15 juillet 2021

    L’orthodoxie en Russie et en Ukraine, un impact politique entre les deux pays et un outil de soft power russe

    Lire la suite
  • Contributions écrites des étudiants — 1 juillet 2021

    La diversité religieuse en Irak

    Lire la suite
  • Contributions écrites des étudiants — 29 avril 2021

    China’s Soft Power Through Humanitarian Aid in Myanmar and Indonesia

    Lire la suite
  • Contributions écrites des étudiants — 27 avril 2021

    La course aux investissements dans le rattrapage de la Chine : le cas de l’entreprise Aixtron

    Lire la suite